Cartes de visite pour une transversalité citoyenne

La jeunesse, un enjeu global !

La thématique de la jeunesse touche de nombreuses personnes : (grands-)parents, animateurs, éducateurs, enseignants, formateurs, acteurs de la santé…, et bien sûr les jeunes eux-mêmes ! De même, la plupart des secteurs d’activités sont concernés par la jeunesse : culture, santé, éducation formelle et non formelle, environnement, emploi, etc. Les jeunes sont en effet une catégorie plus ou moins importante des publics auxquels ces secteurs s’adressent.

Il existe également un secteur de la Jeunesse, qui a en charge l’expression culturelle et le développement personnel et citoyen des jeunes. Avec les Organisations de jeunesse et les Centres de jeunes, ce secteur propose une approche globale de la jeunesse et est souvent amené à s’emparer d’objectifs de sensibilisation ou d’éducation que portent d’autres secteurs en développant des actions par les jeunes, pour les jeunes et avec eux.

Des jeunes qui sautent en l'air en se tenant la main

Il arrive même régulièrement que les associations de jeunesse travaillent en partenariat avec des organismes d’autres secteurs pour croiser les expertises de chacun, au bénéfice des jeunes, dans des domaines qui les concernent.

Autant de bonnes raisons d’aborder la politique de jeunesse comme un enjeu global et de renforcer les liens du secteur de la jeunesse avec les autres secteurs !

Les cartes de visite

On connaît trop peu le secteur des Organisations de jeunesse et des Centres de jeunes. Si on n’y est pas directement impliqués, on n’a qu’une idée très vague de ce qui s’y fait. Ce site vous offre 21 cartes de visite, 21 associations y présentent un de leurs projets, tous portés par et pour des jeunes. Il propose une palette d’activités et de projets récents qui illustrent la manière dont les jeunes, encadrés par les travailleurs de jeunesse, sont concernés par différents enjeux de société et peuvent s’en saisir. Ces projets développent une approche d’éducation permanente axée sur les thématiques de la culture, de l’éducation aux médias, de l’emploi, de l’environnement, de l’enseignement, des échanges internationaux et de la santé.

Les cartes de visite visent à mettre en lumière la manière dont le secteur de la jeunesse se saisit d’enjeux qui touchent les jeunes et à stimuler les initiatives transversales ayant les jeunes comme public-cible.

Le "petit plus" des associations de jeunesse

Les associations de jeunesse peuvent apporter une réelle plusvalue aux politiques menées dans les autres secteurs. Cet apport est relatif à leur expertise de la jeunesse, à une approche originale du jeune, à leurs méthodes spécifiques et à leurs capacités organisationnelles.

Expertise de la jeunesse

S’il y a bien une expertise qu’ont les associations de jeunesse, c’est leur connaissance des publics jeunes : leurs intérêts, leurs espoirs, leurs craintes, leurs moyens de communication, etc. C’est une expertise de terrain, vécue au jour le jour, basée en très grande partie sur la gestion de projets, qui constitue un autre champ d’expertise du secteur.

L’agrément de la Fédération Wallonie-Bruxelles en tant qu’Organisation de jeunesse ou Centre de jeunes garantit en outre un certain niveau de qualité et de professionnalisme, tant au niveau de la gestion que de l’adéquation entre l’activité de l’association et les objectifs « CRACS » de la politique de jeunesse sur le territoire de la Fédération : la démarche critique, l’engagement citoyen et la responsabilité sont à la base de l’action des jeunes dans ces associations.

Haut de page

Approche du jeune

Le secteur de la jeunesse se caractérise également par une approche du jeune originale et positive : une vision globale, généraliste, centrée sur le développement et le bien-être du jeune, sans jugement ni a priori, hors des institutions, sans sanction à la clé.

Les jeunes ne viennent pas dans les associations de jeunesse parce qu’ils ont un « problème », ou parce qu’ils y sont légalement obligés : ils y viennent simplement pour être jeunes, pour découvrir d’autres personnes, d’autres activités, d’autres possibles.

Les animateurs en associations de jeunesse reconnues se basent sur la confiance dans le jeune, la tolérance (le processus prime sur le résultat), et s’adressent à tous les jeunes, dans une perspective d’émancipation et de démocratie culturelle, via des processus d’expression, de création et de participation.

Haut de page

Méthodes

Les méthodes du secteur de la jeunesse sont celles de l’éducation non formelle et de l’éducation permanente, qui mettent le jeune et son développement au centre de l’activité. Les jeunes y apprennent à être acteurs de leur vie, de leurs choix, de leur culture, de leur emploi, de leur santé, de leur environnement…

La pédagogie du projet est à la base d’un grand nombre de réalisations : l’autonomie et la responsabilisation sont à la fois des objectifs et des moyens d’action, l’éducation se fait par le vivre-ensemble et l’apprentissage par les pairs. Cela signifie qu’un projet ne se fera pas si les jeunes n’en sont pas parties prenantes, mais pour peu que le projet les touche, ils peuvent aller très loin, sans compter l’énergie et le temps dépensés. Les méthodes socioculturelles et socioartistiques sont des outils de choix dans la construction d’une parole et d’une action collectives et individuelles des jeunes.

Haut de page

Capacités organisationnelles

Enfin, les capacités organisationnelles des associations de jeunesse sont aussi un de leurs atouts : ce sont souvent des structures à échelle humaine, flexibles et réactives, souples et dynamiques.

Elles peuvent jouer le rôle d’explorateur de méthodes et terrains nouveaux, dans la grande liberté et indépendance d’action que leur confère le cadre légal.

Elles sont habituées au travail avec d’autres partenaires au niveau local, régional ou communautaire et disposent de réseaux qui permettent un effet multiplicateur (via leur fédération ou des collectifs locaux notamment). Etant généralistes au niveau des thématiques, elles peuvent être le pivot d’actions et de projets transversaux, dans un travail de proximité avec les jeunes.

Haut de page